Comment arrêter de fumer

Accueil > La vérité sur l'industrie du tabac > Le lobby du tabac

Le lobby du tabac

Le lobby du tabac

Le lobby du tabac est un lobby disposant d'énormes ressources financières pour protéger ses intérêts. D'un côté, il va agir directement auprès des dirigeants politiques pour faire en sorte que le moins de lois anti-tabac ne soient votées. Mais pour être sûr de parvenir à ses fins, il va aussi agir de manière indirecte et souvent cachée pour faire pression sur les décideurs politiques.

Pourquoi le lobby du tabac est-il aussi puissant ?


Le marché mondial du tabac est un énorme marché. Il s’élevait à 604 milliards de dollars en 2015 et devrait presque qu'atteindre les 700 milliards de dollars en 2021.

Les différents acteurs de l'industrie du tabac font tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger ce marché très juteux.

Le premier fabricant de cigarettes au monde est la société publique chinoise China National Tobacco Corporation. Bien sûr, il n’y a aucun chiffre concernant cette société.

Le marché du tabac en dehors de la Chine est dominé par 4 multinationales qui détiennent plus de 70 % du marché. Toutes les grandes marques de cigarettes que l'on retrouve chez le buraliste appartiennent à l'une de ces 4 sociétés.

Ces sociétés font des bénéfices colossaux. Les voici avec leurs principales marques de cigarettes :
  • la société américaine Philip Morris International a fait un bénéfice de 7 milliards de dollars en 2018. Elle possède les marques Philip Morris, Marlboro, Chesterfield, L&M, etc.
  • la société britannique British American Tobacco a fait un bénéfice de 8 milliards de dollars en 2019. Elle possède les marques Dunhill, Lucky Strike, Winfield, Vogue, Pall Mall, Rothmans, etc.
  • la société japonaise Japan Tobacco a fait un bénéfice de 3,1 milliards de dollars en 2019. Elle possède les marques Benson & Hedges, Camel, Silk Cut, Winston, American Spirit, etc.
  • la société britannique Imperial Tobacco a fait un bénéfice de 3,2 milliards de dollars en 2014. Elle possède les marques Davidoff, Fortuna, JPS, News, Gauloises, Gitanes, ainsi que les principales marques de tabac à rouler et de papier à cigarettes : Amsterdamer, Golden Virginia, Drum, Rizla+, etc.

Les fabricants de cigarettes ont donc beaucoup d'argent qui sert principalement à faire du marketing et du lobbying. En effet le problème auquel se heurtent les industriels du tabac est que le produit qu'ils vendent rend les consommateurs malades et coûte donc très chers aux différents Etats.

Par exemple, pour la France, la taxe sur la tabac rapporte environ 15 milliards d'euros par an mais le « coût social » du tabac était estimé en 2015 à 120 milliards d’euros. Soit un déficit très lourd pour l'Etat français et les Français.

Ceci a pour conséquence qu'en France comme dans les autres pays du monde, les Etats votent des lois anti-tabac afin que la consommation de cigarettes diminue au sein de la population.

Afin de continuer à vendre leur produit de mort, les fabricants de cigarettes doivent agir énergiquement afin de faire en sorte que le moins de lois anti-tabac soient votées. Ils vont agir ouvertement ou en secret auprès des décideurs politiques.

Deux types de lobbying


Comme vous allez le voir, le lobbying exercé par l'industrie du tabac prend de très nombreuses formes que l'on peut regrouper en deux catégories :
  • La première approche utilisée par l'industrie du tabac est d'entrer en contact de façon directe avec des décideurs politiques dans le but d'influencer la législation.
  • La seconde approche n'est pas une influence directe mais indirecte des dirigeants politiques. Cette approche peut être ouverte ou totalement masquée par l'utilisation de moyens détournés destinés à influencer les politiques à leur insu. Les fabricants de tabac vont ainsi financer des organisations, des groupes de pressions ou des associations qui vont ensuite faire pression sur les politiques. Ce type de lobbying est souvent difficile à identifier car les liens entre les fabricants et ces organismes sont soigneusement tenus secrets.

Le lobbying direct


L'industrie du tabac essaye en permanence de tisser des liens avec l'Administration et les dirigeants politiques. Cela passe par des rencontres, des réunions, des appels téléphoniques, des courriers, des emails, etc. Les sociétés de tabac vont également s'arranger pour participer à des clubs de réflexion d'hommes politiques et à des groupes d'étude parlementaires. Le but de tout cela est d'influencer les décideurs politiques en leur transmettant des informations, des rapports ou des études destinées à orienter leurs réflexions et leurs décisions dans la direction souhaitée.

Mais cela ne s'arrête pas là, car les sociétés de tabac vont jusqu'à préparer entièrement des communiqués de presse et même des projets de lois et les faire parvenir aux hommes politiques gagnés à leur cause.

Le lobbying ne consiste pas uniquement à faire passer des idées, transmettre des informations et essayer d'influencer, il cherche aussi à créer des collaborations avec le gouvernement. Collaborer directement avec les dirigeants d'un pays est très efficace car cela permet à l'industrie du tabac de contribuer directement à l'élaboration des nouvelles règlementations et ce faisant de s'assurer qu'elles ne soient pas contraires à leurs intérêts.

Pour gagner les faveurs des politiques, l'argent est un outil très efficace. Ainsi les fabricants de cigarettes dépensent des millions de dollars dans le financement des partis politiques et des campagnes électorales. Aux Etats-Unis, 28 millions de dollars ont été dépensé par l'industrie du tabac dans le lobbying politique en 2019.

Les sociétés de tabac organisent ou parrainent des événements (culturels, sportifs, des colloques, etc.) afin d'y inviter des hauts fonctionnaires et des politiques. Tout est alors payés par les sociétés de tabac : vols en première classe, hôtels de luxe, diners privés, etc. Ainsi en 2011, Japan Tobacco International a dépensé 23 000 livres sterling (26 000 euros) en six mois pour divertir 9 députés britanniques qui s'opposaient à un projet de loi contre le tabac.

Les liens entre l'industrie du tabac et les politiques peuvent prendre d'autres formes encore : les sociétés de tabac recrutent régulièrement des assistants parlementaires d'élus, ou d'anciens chefs de cabinets de ministres, etc. Ou encore elles créent, financent et participent à des clubs de parlementaires fumeurs de cigares.

Le lobbying indirect


Afin de faire pression sur les dirigeants, les sociétés de tabac mènent des opérations nombreuses et variées destinées à influencer toujours plus les dirigeants politiques. Elles utilisent leurs milliards de dollars de profits annuels pour intervenir à tous les étages afin que leurs messages soient relayés continuellement et de multiples façons auprès des dirigeants politiques.

Le lobbying indirect se fait par l'intermédiaire de personnes et organisations. Certains groupes de pression parlent au nom de l'industrie du tabac et font preuve de transparence quant à qui les a payés, mais pour bon nombre d'entre eux, les liens avec l'industrie du tabac sont tenus secrets ainsi que les sommes reçues.

Voici une liste des actions de lobbying indirect de l'industrie du tabac :

1. Utilisation de sociétés de lobbying et d'agences de relations publiques


Ces sociétés payées par l'industrie du tabac prennent des contacts auprès des politiques afin de les influencer pour qu'aucune loi ou mesure gouvernementale ne soit prise contre le tabagisme.

En 2019, aux Etats-Unis, le nombre de lobbyistes politiques recensés était de 280, et 78 % d'entre eux étaient d'anciens fonctionnaires de l'administration américaine.

2. Utilisation des médias


L'industrie du tabac se sert abondamment des médias :
  • Rédaction d'articles pour la presse attaquant les personnalités publiques luttant contre les dangers du tabac.
    Rédaction d'articles pour la presse attaquant les mesures de santé publique contre le tabac.
  • Lancement de campagnes dans les médias ou de polémiques contre les mesures de santé publique visant à diminuer la consommation de cigarettes ou mettant en garde contre les dangers du tabac.
  • Attaques ou remise en question dans les médias des études scientifiques démontrant les dangers du tabac.
  • Opération de greenwashing (éco-blanchiment) : les sociétés de tabac font des campagnes de marketing pour se donner une image éco-responsable. Elles affichent des préoccupations environnementales qu'elles n'ont pas dans la pratique : en effet l'industrie du tabac est un très gros pollueur responsable d'une part importante de la déforestation de la planète.

3. Utilisation d'organismes de recherche scientifique


L'industrie du tabac est très présente dans la recherche mais pas pour les raisons que l'on voudrait :
  • Financement de projets de recherche pour les influencer afin que les résultats favorisent les intérêts de l'industrie du tabac.
  • Présence de l'industrie du tabac dans les organisations de recherche pour s'assurer que les résultats des recherches n'iront pas à l'encontre de ses intérêts.
  • Implication dans le secteur de la santé pour le contrôler.
    Doute jeté sur les études scientifiques démontrant les dangers du tabac ou même dénigrement de telles études.
  • Etudes internes effectuées par l'industrie du tabac qui sont effectuées de manière à ce que leurs résultats servent leurs intérêts.

4. Utilisation de sociétés et organisations écrans


L'industrie du tabac utilise des organisations qui n'ont en apparence aucun lien avec elle. Cependant celles-ci sont payées par les fabricants de cigarettes pour relayer leurs attaques contre les mesures de santé publique anti-tabac, pour mettre la pression sur les dirigeants politiques, pour jeter le discrédit sur les études scientifiques démontrant les dangers du tabac, etc.

Par exemple, en France l'insdustrie du tabac se sert de la Confédération des buralistes pour faire pression sur le gouvernement.

Autre exemple, la Fédération britannique des marchands de journaux, la National Federation of Retail Newsagents, a reçu des fonds de la société British American Tobacco afin de s'opposer à la réglementation contre les présentoirs de tabac dans les points de vente.

5. Utilisation du monde associatif, du monde des arts et de la culture


Les millions de dollars des sociétés de tabac leur servent à s'acheter une conduite :
  • Mécénat dans l'art et la culture.
  • Dons à des bonnes oeuvres.
  • Financement des associations de lutte contre le tabagisme et participation à leurs activités. Cela permet à l'industrie du tabac d'afficher une attitude responsable vis-à-vis des dangers du tabac et cela leur permet d'influencer de telles associations et de contrôler leurs actions. Au final de telles associations dont le but affiché est de lutter contre les dangers du tabac afin de protéger les citoyens se retrouvent à défendre des intérêts opposés, ceux des fabricants de cigarettes.

6. Utilisation de leaders d'opinions


L'industrie du tabac utilise de nombreuses personnalités du monde scientifique, artistique, culturel, etc. pour faire pression sur les dirigeants politiques.

7. Utilisation de think tanks (groupes de réflexion)


Participation à des groupes de réflexion pour les influencer.

8. Alliance avec d'autres industries dont les intérêts sont communs


L'industrie du tabac s'allie à d'autres industries pour avoir plus de poids auprès des gouvernements ou de l'Union Européenne et afin d'influencer les décisions prises en matière de fiscalité, publicité, santé publique, propriété industrielle, etc.

9. Utilisation des grandes écoles et des universités


L'industrie du tabac met les moyens pour se donner une bonne image et séduire les jeunes diplômés :
  • Création et financement de clubs de fumeurs de cigares dans les associations d'anciens élèves.
  • Recrutement de diplômés.
  • Publicité des sociétés de tabac dans les revues estudiantines.
  • Cours donnés par des représentants de l'industrie du tabac.
  • Organisations de conférences dans des lieux de prestige.
  • Participations à des événements de la vie estudiantine.

100 millions d'euros


En 2015, le nombre de morts dû au tabac était estimé en France à 75 000. L’effort financier du gouvernement en faveur de la lutte contre le tabagisme était de 100 millions d’euros en 2018.

En 2018, il y a eu 3259 personnes tuées dans un accident de la route. L’effort financier du gouvernement en faveur de la sécurité routière était de 3,7 milliards d’euros.

Pourquoi 37 fois plus d'argent est utilisé pour la sécurité routière que pour la lutte contre le tabagisme, alors que le tabac tue 23 fois plus que les accidents de la route ?

Vous pourriez répondre que c’est parce que les voitures font des morts violentes immédiates, alors que les cigarettes tuent à petit feu. La cigarette met 20, 30 ou 40 ans à tuer quelqu’un, mais à la longue elle finit par le tuer.

Aux efforts du gouvernement en matière de sécurité routière s’ajoutent les efforts des fabricants de voitures en matière de sécurité des véhicules : pneus, freins, phares, ceintures de sécurité, airbags, sécurité passive (déformation du véhicule pour absorber les chocs, protection de l’habitacle), etc. Quand un risque est découvert sur une pièce, les fabricants de voitures rappellent immédiatement à leurs propres frais les milliers ou dizaines de milliers de voitures concernées car des vies sont en jeu.

La cigarette fait 23 fois plus de mort que les accidents de la route et pourtant les cigarettiers non seulement ne font rien pour rendre les cigarettes moins nocives mais au contraire font tout pour les rendre plus efficaces et rendre les fumeurs plus accros. Au final le nombre de morts dus à la cigarette ne cesse d’augmenter.

Si chaque année les morts sur la route étaient aussi nombreux que les morts dus à la cigarette, le gouvernement prendrait immédiatement des mesures énergiques concernant la sécurité routière et les fabricants de voitures pour changer cela. Mais cela n'est pas fait pour le tabac.

Pourquoi ?

Le lobbying constant de l'industrie du tabac.

Bien sûr, on pourrait dire que le prix du tabac a fortement augmenté et que les paquets neutres (les paquets de couleur unie, sans nom de marque et sans signe distinctif) ont été mis en vigueur. Mais le nombre de mesures efficaces prises au cours des 30 dernières années se compte sur les doigts d'une main. Et aucune mesure directe contre les cigarettiers n’a jamais prise, aucune action en justice n’a jamais été engagée contre eux et les moyens de lutte contre le tabac sont limités à 100 millions d’euros par an.

Résultat : près d'un quart de la population française fume et 75 000 Français meurent chaque année à cause du tabagisme.

A LIRE AUSSI :
De quoi est composé une cigarette
Le marketing de la cigarette

Sources :
Comité National Contre le Tabagisme : L’industrie du tabac : des pressions et une influence permanente à l’encontre des mesures de santé publique
Observatoire Français des drogues et des toxicomanies : Le coût social des drogues en France (2015)
Grand View Research, Tobacco Market Size, Share and Trends Analysis Report By Type, (Grand View Research, Rapport d'analyse par type de la taille, des parts et des tendances du marché du tabac)
Center for Responsive Politics based on data from the Senate Office of Public Records (Etats-Unis, 2020)
Daily Mail : Tobacco firm gave thousands of pounds worth of hospitality to nine MPs who opposed smoking bill, Miles Goslett et Keith Gladdis, 23 November 2011

Article publié le 27/11/2020

Laisser un commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit et connecté. En postant un commentaire, vous acceptez les Conditions Générales d'Utilisation (CGU) du site comment-arreter-de-fumer.fr. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il sera refusé.



Faites le test en ligne pour connaître votre dépendance à la cigarette

Le livre Comment arrêter de fumer sans rien et sans grossir

Livre Comment arrêter de fumer sans rien et sans grossir

La méthode pour perdre l'envie de fumer facilement et rapidement

L'ebook gratuit Les 7 pires erreurs quand on arrête de fumer

Ebook gratuit Les 7 pires erreurs quand on arrête de fumer